• Forte teneur de carbone des produits finaux de non compostage

    Les composts traditionnels et la fermentation rapide décomposent les matières organiques par action microbienne, libérant ainsi une quantité importante de dioxyde de carbone (CO2) et de méthane (CH4) en cours de maturation, ce qui produit une perte massive de teneur en carbone (environ 50~60%). Inversement, la technologie de non compostage fait agir des enzymes organiques catalyseurs qui produisent une réaction de courte durée et donc il n’y a pas de perte de carbone. Par conséquent, la teneur en carbone du produit final en non compostage est beaucoup plus fort que celles qui résultent des méthodes de traitement traditionnel.

  • Le ratio C/N demeure inchangé après le traitement

    Le ratio C/N est un facteur très important dans le domaine du compost traditionnel, ayant été utilisé pour l’évaluation de l’état des produits finaux, mais il ne constitue pas une règle générale. Par exemple, le ratio C/N de la farine de soja non traitée est de 20 en dessous de son ratio C/N bien que sa maturation reste incomplète. Le ratio C/N de tourbe de marais est au-dessus de 20, mais elle constitue un produit final stable. De plus, le ratio C/N n’est pas un facteur essentiel dans la constitution des engrais car la teneur en carbone n’influence pas la croissance des cultures. La technologie de non compostage est capable de séquestrer le carbone dans les produits finaux et donc le ratio C/N est le même après le traitement que celui des déchets initiaux.

  • L'empreinte carbone des produits finaux de non compostage est inférieure à celle des autres

    Le dioxyde de carbone libéré en cours de fabrication d’engrais dans la technologie de non compostage est d’une quantité très inférieure à celle des autres méthodes de traitement (comme le compost, la fermentation rapide). Donc, pour la même «unité fonctionnelle» (soit, les mêmes valeurs et poids NPK) d’engrais, l’empreinte carbone de l’engrais produit sans compostage est seulement la moitié des empreintes des autres traitements. En raison des problèmes d’émission et de perte de carbone dans ces autres traitements, le processus sans compostage atteint une production double en comparaison avec eux. L’utilisation de la technologie de non compostage permet donc non seulement la production un engrais de haute qualité pour la réalisation d’une agriculture plus efficace, mais aussi une réduction de l’effet de serre, contribuant donc à un meilleur environnement.

  • Le crédit de carbone créé par la technologie de non compostage peut être négocié sur le marché

    Selon le mécanisme pour un développement propre (MDP) du Protocol de Kyoto, les pays industrialisés ont la possibilité d’obtenir des crédits de carbone en investissant dans des projets de réduction d’émission dans les pays en voie de développement. En d’autres termes, les entreprises des pays industrialisés peuvent mettre en place des installations de traitement sans compostage dans les pays en voie de développement pour remplacer les anciennes méthodes de traitement (comme la décharge et le compost), et après avoir été certifié par un organisme tiers obtenir le crédit de carbone dû pour avoir réduit les émissions de dioxyde de carbone. Les crédits de carbone ainsi obtenu peuvent être utilisés pour la compensation de leurs propres émissions ou bien être vendus sur le marché libre.

    Le prix des crédits de carbone ainsi que ses règles de vente peuvent être consultés dans le site suivant: http://www.carbonplace.eu/