[Sélection de la technologie: Comment choisir le bon système de traitement des déchets organiques] Population, terres, composition des déchets …….

Le choix de la technologie appropriée pour la gestion des déchets organiques est important pour les gouvernements locaux et les opérateurs de la région.Dans la plupart des cas, les technologies sont prescrites sans tenir compte du contexte local et, par conséquent, les projets échouent souvent.Les fonctionnaires municipaux peuvent également être attirés par la technologie utilisée avec succès dans les pays industrialisés, sans évaluer son applicabilité au contexte local.L’expérience montre qu’il faut davantage de mécanisation pour les grandes installations de traitement.Les villes peuvent utiliser une combinaison de technologies telles que le compostage pour traiter leurs déchets de légumes et de nourriture, des digesteurs de biogaz pour les déchets de poisson et de viande et le RDF pour les déchets organiques secs de haute valeur calorique.Les systèmes de traitement des déchets plus avancés utilisés en Europe utilisent un système combiné de traitement biologique et biologique, inexistant actuellement en Asie du Sud, car son coût est plus élevé et repose strictement sur les déchets séparés, ce qui est plus courant en Europe.Les critères clés à prendre en compte avant de choisir le type de système de traitement des déchets organiques sont les suivants:

 

Taille de la population et volume des déchets.

En fonction de la taille de la population et des volumes de déchets quotidiens, une ville peut décider de l’ampleur des installations de recyclage des déchets organiques.Les grandes villes où les volumes de déchets sont élevés peuvent envisager davantage de systèmes mécaniques, leurs coûts opérationnels plus élevés pouvant être récupérés grâce à des revenus plus élevés provenant de la vente de compost, des frais de déversement plus élevés et un financement carbone.Des efforts doivent être faits pour trouver des solutions rentables.

 

Composition des déchets.

La composition physique et les caractéristiques chimiques des déchets municipaux permettront aux responsables des administrations locales et aux opérateurs privés de choisir la technologie de traitement des déchets organiques la mieux adaptée à une ville donnée.Comme indiqué précédemment, une partie importante des déchets de la région est constituée de déchets organiques biodégradables, le reste étant constitué de matières recyclables inorganiques et de diverses matières inertes.Les ratios varient d’une ville à l’autre, les villes les plus industrialisées et économiquement développées pouvant contenir davantage de déchets dangereux ou de déchets de construction.

 

Disponibilité de la terre.

Le type de technologie choisie pour traiter la quantité de déchets sera un facteur déterminant pour déterminer la superficie de terrain requise.Cependant, la rareté des terres est un problème majeur dans toute la région.Les responsables locaux sont généralement contraints de trouver les terrains disponibles pour l’élimination des déchets, ce qui nécessite de vastes zones situées généralement à 500 mètres des communautés.Les autorités municipales peuvent jouer un rôle important en mettant à disposition des terrains appropriés pour l’élimination et le traitement actuels et futurs de la gestion des déchets, en améliorant la planification et la réglementation de l’utilisation des sols.

 

Disponibilité des travailleurs et capacité.

L’abondance de travailleurs non qualifiés rend la technologie à forte intensité de main-d’œuvre plus attrayante pour les villes d’Asie du Sud.Dans les petites villes, il convient d’éviter les approches mécanisées afin de minimiser les coûts d’investissement et d’exploitation.La santé et la sécurité des travailleurs doivent être prises en compte et un équipement de protection individuelle (par exemple, un casque, des chaussures fermées, des vêtements réfléchissants, des gants et des masques) et des plans de santé et de sécurité au travail doivent constituer des exigences de base dans tous les établissements.Les établissements devraient également promouvoir l’emploi des femmes, créer des garderies et fournir des repas sains aux travailleurs.Ces attributs sont courants dans de nombreuses opérations privées, y compris au Bangladesh.

 

Politiques existantes liées à la gestion des déchets.

Les politiques favorables à la promotion de partenariats publics, privés et communautaires encourageant également la réduction, le recyclage et la réutilisation des déchets sont utiles.Par exemple, sans directives politiques appropriées, la séparation à la source des déchets est difficile.Les investissements privés dans la gestion des déchets et le secteur du recyclage devraient être encouragés par des subventions en capital, des incitations et des allégements fiscaux, ou par une réduction des subventions sur les engrais chimiques ou les sources d’énergie non renouvelables afin de créer des conditions égales pour le marché des déchets organiques.

 

Réduction des gaz à effet de serre.

On estime que la réduction des émissions résultant de la gestion améliorée des déchets organiques municipaux est de 20% à 98% pour le compostage et de 60% à 100% pour la digestion anaérobie par rapport à la mise en décharge19. à travers le MDP est à la hausse en Inde.